MICHEL DELPECH – Vu d’Avion un soir -

vu d’en haut, tout baigne, et pourtant…….. en bas subsistent  guerres, misères……
cruauté, incompréhension, DIEU a déserté la terre des hommes
MICHEL DELPECH - Vu d'Avion un soir - mqdefault

« Vu d’avion, un soir », Michel Delpech

Frémissements post-peace and love pour cette chanson de 1978. Très jolie ligne mélodique (musique signée Julien Lepers).

Archive pour janvier, 2016

MICHEL DELPECH –  » jétais un ange »

l’homme nait naturellement bon……… mais ne le reste pas longtemps !!!
MICHEL DELPECH -

michel delpech j’étais un ange

 

PAUL GAUGUIN

PAUL GAUGUIN dans ART 180px-Paul_Gauguin_200

Autoportrait (c 1875-1877)
220px-Paul_Gauguin%2C_Interieur_du_peintre_Paris%2C_rue_Carcel_%281881%29_-_01 dans PEINTURES

Appartement de Gauguin rue Carcel 1881

Eugène Henri Paul Gauguin est né à Paris en 1848. Son père est Clovis Louis Pierre Guillaume Gauguin (1814-1851), un journaliste républicain au National1. Sa mère, Aline Chazal (1825-1867), était la fille de Flora Tristan et donc, selon certains auteurs, la petite-fille de Simón Bolívar et de Thérèse Laisnay. Elle descendait de propriétaires terriens espagnols d’Amérique du Sud et même, selon la légende, d’un vice-roi du Pérou1.

GAUGUIN

L’ENFANCE

GRÂCE  A MOI, petits enfants, Vous deviendrez des êtres humains dignes de ce nom. Mangez du miel !! il vous apportera la douceur qui manque parfois au cours de la vie.
Ce sont les enfants sages, Madame,
qui font les révolutionnaires les plus
terribles. Ils ne disent rien, ils ne se
cachent pas sous la table, ils ne
 •
mangent qu’un bonbon à la fois, mais
plus tard ils le font payer cher à la
société. Méfiez-vous des enfants
sages !!
Les enfants, c’est fait pour grandir,
pour s’en aller vers l’avenir, en laissant
derrière eux des rires, pleins de rêves
et de souvenirs.
création/animation d'Alice : la reine

 

Posté dans 13 octobre, 2010 dans societe.

Dans notre Société stressée, on oblige les enfants a traverser leur enfance au pas de course : Il ne faudrait pas qu’ils perturbent trop longtemps la vie de leurs parents .

Tout petit, on lui apprend à boire son biberon tout seul, en calant celui-ci sur l’oreiller, puis quelques mois plus tard, on exige de lui qu’il soit propre, qu’il parle, qu’il se conduise comme un grand

puis vers deux ans, il va à la maternelle pour déjà apprendre la vie en collectivité, on lui demande de s’enrôler dans un système où il ne developpera pas les dons qu’il peut avoir en lui. On lui demandera seulement de se fondre dans le groupe, de raisonner comme le groupe, Sortir du lot, ce sera difficile, on ne lui demande pas de penser, on l’incite à suivre le mouvement un point c’est tout. eu égard à la maitresse qui a bien de la patience !

Puis il y aura l’école primaire où curieusement, on lui donnera la liberté d’agir à sa guise en faisant fi des règles établies : il ne veut pas lire, il ne lira pas, il ne veut pas écrire, il n’écrira pas, il ne veut pas compter, il ne comptera pas, on ne lui demandera même pas de se taire par solidarité pour ceux qui veulent travailler. On ne lui donne aucune limite, aucun sens à ce qu’il vit à l’école. Bientôt il s’ennuie, et devient turbulent, on ne peut plus l’arrêter dans son délire. Il exige le pouvoir de se comporter comme les adultes, sur tous les plans.

Enfin, arrive le lycée, ou l’on accepte en vrac, ceux qui ont quand même appris quelque chose et ceux qui ne savent rien. Et là c’est la débandade, la vulgarité, le laisser aller,  la violence non réprimée. On se demande pourquoi maintenir ces fauves dans le zoo : ils seraient sans doute mieux dans la jungle ! (sic la chanson de j. ferrat).

Puis cette faune se déchaine, et crée des émeutes, sitôt que quelque chose les indispose. Ce ne sont déjà plus des enfants, et pourtant ils se comportent comme des irresponsables, comme des sales gosses !

A trop vouloir faire progresser l’enfant rapidement, il devient sérieux dans un premier temps, pour subitement régresser, et revenir au stade premier, où il est irrécupérable !

 

commenter,  donner votre avis

la complainte du phoque « Ca ne vaut pas la peine de laisser ceux qu’on aime pour aller faire tourner des ballons sur son nez… »

la complainte du phoque

La complainte du phoque en alaska

La complainte du phoque en alaska Travail de French :P .

CHARLES TRENET- où sont-ils-donc – l’âme des poètes – vous oubliez votre cheval-

CHARLES TRENET- où sont-ils-donc - l'âme des poètes - vous oubliez votre cheval- mqdefault

Charles Trenet – Où sont-ils donc – Remastered

 

mqdefault

L’âme des poètes – Charles Trenet (1955)

Longtemps, longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu leurs chansons courent encore dans les rues La, foule les …

mqdefault

Charles Trenet – Vous Oubliez Votre Cheval

1 ° Volta Su YouTube . Canzone del 1936 .
  • HD

 

sarl A.M.S |
Musée du Bâtiment |
Stopfoodwaste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | buzzynews
| Education à l'orientat...
| Apokalupsis